Le Projet

 

L’Armée Secrète et l’or du silence est une série de trois épisodes sur l’Armée Secrète en Belgique entre 1940 et 1944. Son objectif est de sauvegarder et valoriser des témoignages relatifs à l’histoire de celle-ci tandis que les derniers témoins disparaissent du fait de leur grand âge. L’intérêt n’est pas juste de sauvegarder la mémoire mais bien de la transmettre comme expérience car il se pourrait bien qu’elle serve dans notre monde moderne.

Le projet soutenu par la fédération Wallonie-Bruxelles et la cellule Démocratie ou Barbarie consiste en une série de témoignages sous forme d’enquête/films, destinés dans un premier temps aux jeunes, aux élèves et professeurs des écoles de la communauté Française. Elle leur permettra d’aborder différentes thématiques avec leurs élèves. Avec peu de budget mais énormément de soutien, l’auteur nous entraine dans une réflexion sur le passé, le présent et le futur. Tel les goonies qui cherchent un trésor dans un grenier, il cherche un héritage à partager.
A travers cette série faite « maison », nous suivons le parcours du Général Pire jusqu’à ce qu’il soit aux commandes de l’Armée Secrète en 1944 au moment du débarquement, il est question de comprendre dans quel contexte, pourquoi et comment la naissance d’une armée secrète s’est constituée dans notre pays et quels types de stratégies ont été utilisées pour déstabiliser un régime totalitaire radical installé. Néanmoins, si le personnage principal est âgé (pensionné même avant la guerre), nous découvrons ce récit au travers de témoins qui allaient encore à l’école sous l’occupation et qui l’ont connu de très près ou de plus loin. Nous découvrons la vision d’une guerre qui éclate et de 4 années d’occupation au travers du regard de ces jeunes de l’époque. Nous découvrons au fil du récit un des secrets majeurs qui a permis à l’Armée Secrète de contribuer à la libération de la Belgique :  la valeur de la vie privée ainsi que le rôle des jeunes dans un combat qui pouvait sembler les dépasser mais qui les impliquait et auquel ils contribuaient grandement en réalité, bien souvent sans le savoir.

Ces témoignages retracent l’histoire de l’Armée Secrète dans un climat d’occupation où les libertés étaient restreintes. Cette Armée Secrète était le seul mouvement de résistance belge reconnu d’un point de vue militaire durant l’occupation allemande entre 1940 et 1944. Il n’était pas le seul mouvement de résistance bien entendu et tous ont contribué selon leurs possibilités mais il est resté jusqu’à présent dans l’ombre … et aurait bien pu sombrer un peu plus dans l’oubli. Mais c’était sans compter sur les deux derniers enfants du général Pire (qui a commandé l’A.S. au moment du débarquement) dont le silence et la discrétion ont éveillé l’intérêt de l’auteur, lui même petit-fils de l’un d’entre eux. A une époque où l’on dit tout jusqu’à l’autre bout du monde via les réseaux sociaux, où certaines choses n’existent presque plus que par ceux-ci et l’ère du numérique, il était dés lors question pour lui de comprendre cet héritage inconnu qui était entrain de se perdre, là dissimulé sous ses yeux. Un héritage alliant secret, vie privée, discrétion, liberté qui s’arrête là où commence celle des autres ainsi très certainement que défense d’un bien commun.

L’actualité étant ce qu’elle est au niveau des collectes de données, espionnage de communications, surveillance, terrorisme « je suis charlie » et luttes de pouvoir, il s’est produit une sorte de résonance entre le passé et le présent, donnant naissance à ce projet.

 

 

 

3 Comments
  • by Madeleine TASSET Posted 26 avril 2017 11 h 34 min

    Je viens de trouver et d’écouter avec grand plaisir ce document, car je suis une ancienne résistante de l’A.S. Zone V Secteur 3 – 198ème section. Je viens de fèter mes 90 ans

    Mon père, surnommé » le major Bob  » a entre autres fait sauter le Pont d’Andenne

    Merci pour ces beaux souvenirs.
    Madeleine TASSET

    • by Redlight Posted 26 juillet 2017 20 h 54 min

      Merci Madeleine… effectivement…le major Bob… 🙂

  • by Alain Posted 26 juin 2017 7 h 36 min

    Bonjour,
    bravo pour cette initiative; il y a quelques années, j’ai réalisé deux films traitant le sujet : la résustance dans notre région (Brabant Wallon).Ils ont été projetés à Wavre et à Ottignies lors des dates souvenirs des libérations de notre pays…Le titre est « implacables oublis » choisi parmi les hstroires d’un résistant de la région. voici les coordonnées sur ma chaîe YOUTUBE :
    https://youtu.be/3F6T3FROjaI = part I

    https://youtu.be/2M9_vO5PWec = part II

    Bien à vous,
    si vous voulez me contacter, mon E mail est noté.

    Alain Libert

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *